Bienvenue sur le site du CRES

L’accès des femmes au pouvoir décisionnel dans les instances politiques sénégalaises

L’histoire politique du Sénégal est marquée par une lutte continue pour une participation des femmes dans les débats public et politique. Plusieurs générations de femmes ont ainsi contribué à la reconnaissance des droits politiques des femmes et à leur concrétisation. Depuis l’époque coloniale, des luttes collectives et individuelles ont été menées par des femmes leaders telles que Ndaté Yalla MBODJ, la reine du Waalo, et Aline Sitoë DIATTA, prêtresse de la Casamance ; des femmes qui ont su tenir tête aux colons français1. 

De même, certaines femmes leaders de l’époque contemporaine ont su taire leurs divergences ethniques, de classe, d’origine et d’appartenance politique et unir leur force pour la cause commune des droits de la femme. C’est le cas de Ndaté Yalla FALL et Soukeyna KONARE qui, bien que appartenant à des formations politiques adverses, ont su transcender leurs convictions politiques pour s’opposer, ensemble, à l’Ordonnance du gouvernement français du 21 avril 19442 qui accordait le droit de vote aux femmes mais seulement aux françaises de souche et non aux citoyennes françaises établies dans les quatre communes de plein exercice du Sénégal. Ainsi, chaque génération a apporté sa pierre à l’édifice. C’est ce qui a débouché sur l’adoption, en mai 2010, de la loi sur la parité absolue sous le règne d’Abdoulaye WADE. 

Telecharger le fichier

Top